La_pi_ce_du_boucher

LA PIECE DU BOUCHER

écrite et mise en scène par Cédric Marchal

Cies Priviet Théâtre & Les Boules Au Plafond

Pièce dégivrée pour 4 acteurs et la fanfare la plus proche

est une des histoires du Village de Marcellin.

Le Village de Marcellin est le nom de notre village.

(Le Village s’appelle de Marcellin parce que personne ne se souvient du nom qui était écrit sur le panneau à l’entrée.)

Le Village de Marcellin ne se visite pas, il se rencontre ! Il se rencontre à chacune des répétitions et chacun des concerts de l’Harmonie Municipale.

Or ce soir, en hommage à Monsieur Maurice, bienfaiteur de l’harmonie disparu il y a un an jour pour jour, les musiciens inaugurent la plaque de la salle qui devrait bientôt devenir leur salle de répétition.

Le Maire n’est pas encore là, la plaque définitive non plus d’ailleurs, mais le rendez-vous était pris !

L’occasion pour chacun de se souvenir de Monsieur Maurice, élément du groupe, joueur de banjo et rouspéteur, pas forcément ami mais assez important pour que sa chaise reste encore vide lors des répétitions.

Et c’est curieux les souvenirs…

Comme d’autres pour la disparition de Claude François, chacun a une image précise, pas nécessairement juste, de ce qu’il faisait à l’heure de l’annonce de la mort d’un être qui comptait.

Boucher tentait de comprendre le végétarianisme fulgurant de sa femme Louna,
Mr Jauviaire déplorait une panne de frigo dans les sous-sols de la maison Jauviaire & fils –Pompes funèbres,
Yvonne Percale, mercière et grosse-caissière, envisageait de changer d’instrument,
Fédéric, employé municipal à 17/16
ème de temps, se demandait s’il était suffisammentreprésentatif pour monter une cellule syndicale,
et Herbert ne se souvenait déjà plus clairement de ce qu’il voulait oublier !

…et l’afanfare fanfarait…

BOUCHER : « Pas trop dur ? Quelqu’un que t’as connu je veux dire !? »

MR JAUVIAIRE : « Vous savez, y a un moment où un corps, c’est plus

vraiment quelqu’un. Pas le même quelqu’un en tout cas. »

BOUCHER : « Sûr. Un rosbif c’est plus une vache. C’est ce que je disais

hier à Louna. »

Venez découvrir cette comédie extravagante, où se succèdent jeux de mots et situations saugrenues jouée par des acteurs professionnels et des musiciens amateurs locaux dans le cadre des chemins d'artiste et en partenariat avec le Dôme Théâtre, la CSF, Vivre au Val des Roses, L'IME des papillons blancs, l'école intercommunale de musique et de danse.

Jeudi 7 mai 2009 à 20h30
Parc et Salle du Val des Roses

Réservez-votre place pour cette soirée auprès de la CSF d'Albertville.